mardi 13 mars 2018

Les entoilages

Comment bien choisir son entoilage…???

Honnêtement, je ne sais pas répondre…
Ça a l’air con, mais c’est comme ça!!!

Le choix d’un entoilage dépend du résultat que l’on veut obtenir, de la matière à entoiler, …
En fait il n’y a pas de mauvais choix, mais des résultats différents qui répondent (ou pas…) à vos attentes…

Après, les divers entoilages ont des propriétés qui peuvent vous aiguiller, vous aider à choisir.
Et c’est là qu’un article de blog peut être utile.

Mais d’abord qu’est-ce qu’un entoilage?
C’est une matière qui sert à en rigidifier, renforcer une autre. C’est tout…
Vous lirez parfois le mot “triplure”... il s’agit d'un terme qui signifie (presque) la même chose.

A quoi cela sert-il?
  • A changer la tenue d’un tissu, le raidir.
  • A renforcer un tissu, l’empêcher de se déchirer ou de se déformer.
  • A modifier l’épaisseur d’un tissu.
  • A donner une forme à un tissu.
La liste n’est forcément pas exhaustive...

Lors du choix de l’entoilage, il est important de garder constamment à l’esprit le but à atteindre.
C'est cela qui doit vous guider!

On parlait donc des propriétés d’un entoilage...
En voici la liste, que j'essaierai de détailler juste après.
  • L’épaisseur
  • La souplesse
  • La méthode de pose
  • La résistance
  • La couleur
  • La transparence
  • L’extensibilité
Et j’en oublie sans doute…

Je vais, comme promis, reprendre, dans le désordre, chacune de ces caractéristiques pour les détailler.

La méthode de pose :
Il existe 2 grandes familles d’entoilages: les thermocollants et les non-collants.
Les thermocollants sont actuellement les plus utilisés. Ils ont au moins une de leurs faces pourvue d’une colle prévue pour fondre à la chaleur du fer à repasser.
Pour les poser, placez la face avec la colle sur l’envers de votre tissu, repassez sur l’envers de l'entoilage afin de faire fondre la colle.
En refroidissant celle-ci adhérera au tissu.
Les paramètres d’un bon entoilage sont :
  1. La chaleur : suffisante pour faire fondre la colle et insuffisante pour abimer votre tissu.
  2. La pression : il est important que la colle entre bien en contact avec le tissu.
  3. Le temps : Il est important à deux niveaux. Il faut laisser le temps à la colle de fondre… mais il faut lui laisser le temps de refroidir aussi…
Les non-collants, comme leur nom l’indique, sont dépourvus de cette couche de colle.
  1. Pour les tissus et les entoilages qui le permettent, on vient solidariser le tissu et son entoilage en les cousant/brodant ensemble.
    Je ne peux pas vous en dire plus sur cette technique, ayant toujours été trop fainéant pour prendre le temps de l’expérimenter.
  2. Il existe aussi, pour les textiles délicats, une technique appelée “glaçage”, qui consiste à utiliser le tissu et son entoilage comme si ils ne faisaient qu’un.
    Les deux matières ne sont alors maintenues ensemble que par les coutures.
La souplesse :
La tenue de votre entoilage va s’ajouter à celle de votre tissu.
Plus votre entoilage sera raide, plus le résultat le sera aussi…
Notez que, fort logiquement, il n’est pas possible d’assouplir un tissu avec de l’entoilage.
A ce niveau, intervient la structure de l’entoilage.
Il en existe trois:
  1. Les entoilages non tissés : Agglomérat de fibres, ces triplures sont le plus souvent thermocollantes. Ce type d’entoilage donne un effet “cartonné”, plus cassant que les autre entoilages.
  2. Les entoilages tissés : Ils conservent le toucher et le tombant d’un tissu. Comme des tissus, ils ont aussi un sens de fil qu’il convient d’utiliser à bon escient. En effet, vous pouvez décider de conserver le même sens que celui du tissu ou au contraire de les opposer tout en sachant que cela vous donnera des effets très différents.
  3. Les entoilages tricotés : Au même titre que les entoilages tissés, ils vont conserver le tombant d’une maille. A épaisseurs égales, un entoilage tricoté sera plus souple qu’un tissé.
La souplesse sera également influencée par l'épaisseur. Souvent, plus l'entoilage est épais, plus il est raide!
L’épaisseur :
Dans certains cas, il est intéressant d’ajouter une épaisseur au tissu que l’on travaille.
Lorsque ce but est clairement défini, on peut s’orienter vers des matières volontairement épaisses comme les ouatines et les ouatines thermocollantes, ou le Soft and Strong.
La couleur :
La plupart des entoilages sont disponibles en noir et en blanc.
L’un va convenir pour les tissus foncés, l’autre pour les tissus clairs. Logique non?
La transparence :
Il est délicat d’entoiler une étoffe transparente.
Il est possible cependant d’utiliser la technique du “glacage” avec de l’organza ou de l’organdi. Cela opacifie légèrement le résultat, mais à l’impossible nul n’est tenu… :-)
La résistance :
Là encore, la structure de notre entoilage va nous aider…
Du plus résistant au plus fragile, on a :
  1. Les tissés
  2. Les tricotés
  3. Les non tissés.
L’avantage, c’est que ça au moins c’est clair…
L’extensibilité :
Entoiler un tissu extensible, cela n’a pas vraiment de sens.
En effet, si on ajoute une autre matière, on va forcément contrarier au moins un peu l’extensibilité. Et rien ne nous permet d’affirmer que les deux matières auront la même résistance à la traction…
Sachez cependant qu’il existe des entoilages qui sont (sensés être) pensés pour cela...


Voilà voilà…

En combinant toutes ces informations, vous devriez trouver l’entoilage qui convient le mieux à votre ouvrage…

Mais souvenez-vous, un petit essai vaut souvent mieux qu'une grande catastrophe!
Entoilez un petit bout de votre tissu vous assurera du résultat...on ne sait jamais...!!!

Une dernière info pour la route :
Lorsque vous devez entoiler une partie d'une pièce, le haut d'un dos par exemple, pensez aux non tissés...
Ces entoilages se déchirent facilement et la déchirure est rarement nette.
La ligne de démarcation entre la surface thermocollée et celle non thermocollée n'en sera que plus diffuse et donc moins susceptible d'être visible sur l'endroit.

Il ne vous reste qu'à choisir...!

@ bientôt chez Stragier

vendredi 9 mars 2018

Qu'est-ce que le Tencel?





Comme dirait Sébastyan Sébastyan est un de mes collègues., “... rien à voir avec Tencel et Gretel…” (no comment)


Le Tencel est une fibre artificielle.
On désigne de cette manière les fibres qui ont une origine naturelle et subissent une modification chimique.

En fait, ce n’est pas tout à fait vrai…
Tencel est en fait une marque!
C’est sous ce nom qu’est commercialisé la fibre artificielle dont le nom est “Lyocell”.
Le Lyocell a été inventé dans les laboratoires de la société Courtaulds Fibers Inc. en 1988

Son origine naturelle, lui vient du bois. (Souvent l’eucalyptus ou le bambou..)
Ce bois est broyé puis transformé en pâte, la cellulose, puis en fil et enfin en tissu…

Entre le coton et la soie, le tissu ainsi obtenu est doux et agréable.

Mais les qualités du Tencel ne s’arrêtent pas là:
Presque infroissable, respirant, absorbant, résistant …
C’est un tissu à recommander pour les peaux sensibles.

Dans le processus de fabrication, la cellulose est dissoute à l’aide d’un solvant qui a l’avantage d’être recyclable à 99% et qui n’est pas toxique.
Ce qui en fait une des matières les plus respectueuses de l'environnement.

Côté entretien: en machine et à 30°…
Le tissu ne perdra pas en souplesse, ni en couleur.

@ bientôt chez Stragier

jeudi 8 mars 2018

Initiation au patronnage - partie 4 : la transposition de pince

La transposition de pince… kesako???

Comme on l’a déjà vu précédemment, une pince est un moyen de créer un volume dans notre vêtement…

On a vu comment créer une pince dans la jupe droite.
Mais peut-être trouvez-vous que, placée là, elle est disgracieuse.

C’est vrai? Vous ne la trouvez pas jolie???? snifff…

Bon, on la déplace alors???

Enfin, dans le jargon on dirait plutôt “on la transpose???”
ça veut dire la même chose, mais ça en jette un peu plus… :-)

La pince est généralement représentée sous la forme d’un triangle isocèle…
Forcément, pour pouvoir la coudre, il faut que les 2 côtés soient de même longueur.

Oui mais… comment on la déplace???

Fermez-la…!!!

Pas vous… la pince… :-)

Pour déplacer une pince, il suffit de la fermer et de l’ouvrir ailleurs.
C’est aussi simple que ça…

On marque l’emplacement désiré de la nouvelle pince qui doit forcément passer par le sommet de l’ancienne et on fait pivoter tout ça…




Il n’est pas forcément nécessaire que les côtés de la pince soient droits.
Courbes, anguleux, tout est bon… mais évidement plus c’est compliqué, moins c’est facile à coudre… On vous aura prévenu!

On peut transposer une pince à 360° autour de son sommet.

Tous ces patrons de jupes donneront la même forme…



Et, si on transpose la pince vers le bas et que l’on comble la pince, on obtient ...un godet…



Voilà voilà pour la théorie de la transposition de pince…

A bientôt chez Stragier?